Comment savoir si on veut garder un bébé ?

grossesse

L’arrivée d’un bébé est un évènement heureux pour les futurs parents, surtout si la grossesse est désirée. Cependant, lorsqu’une grossesse survient de manière inattendue, cela peut devenir une source d’angoisse, notamment pour la femme. Dans ces cas, comment s’y prendre ? Comment savoir si l’on veut réellement garder un bébé ? Voici quelques conseils qui vous aideront à y voir clair.

Prenez du recul pour agir en pleine conscience

De nombreuses circonstances peuvent entraîner une « grossesse surprise ». Cela peut être dû à un mauvais timing. Certaines femmes se disent incompatibles à la maternité, d’autres ne sont simplement pas prêtes à garder un bébé. Dans d’autres cas, la grossesse vient s’interposer entre la jeune femme et ses études, sa carrière ou un autre projet d’avenir. Une nouvelle grossesse qui survient juste quelque temps après un autre bébé peut également déstabiliser les jeunes parents.

Dans chacun de ces cas, il est important de ne pas céder à la panique et à l’angoisse. Pour éviter de prendre une décision à la hâte que vous pourriez regretter, la première attitude à adopter est de vous poser afin de vous ressourcer. Si vous vivez en campagne ou que vous adorez simplement la campagne, promenez-vous et respirez l’air pur. Loin des agitations de la ville, vous pourrez faire le vide dans votre tête. Si vous êtes adepte du jogging, c’est le moment de sortir courir. Vous pouvez également faire du yoga si vous avez l’habitude de pratiquer cette activité, ou tout simplement faire de la méditation pendant un moment. Le but est de vous relaxer afin de ne pas vous laisser envahir par des pensées parasites. Vous pouvez donc juste prendre un bain ou vous détendre seule dans le canapé ou dans votre lit. L’essentiel de cette étape est de rester seule et de faire la paix avec vous-même. Gardez à l’esprit que tout a une solution, il suffit de ne pas vous précipiter.

Posez-vous les questions sur votre ressenti

Une grossesse surprise soulève inéluctablement des inquiétudes et des questionnements. C’est pourquoi vous devez vous questionner premièrement sur votre ressenti. Ressentez-vous de la joie ou de l’inquiétude à l’idée de recevoir un nouvel enfant ? Ou plutôt de la colère envers vous-même pour n’avoir pas été assez précautionneuse ? Ressentez-vous de la tristesse à l’idée de vous séparer d’un bébé ? Avez-vous peur de l’avenir qui paraît flou ? Ou vous ressentez de l’injustice en vous demandant « pourquoi cela n’arrive qu’à vous ?»

Il est important que vous arriviez à distinguer précisément l’émotion qui vous anime en ce moment. Vous serez probablement submergé par une foule d’émotions. C’est une réaction normale qui peut créer de la confusion dans vos idées. Respirez un grand coup et gardez à l’esprit que rien ne vous presse. Prenez le temps pour avoir les idées claires, car cette étape impactera la suite du raisonnement.

Posez-vous les questions logiques et raisonnables

Vous avez déjà une idée des sentiments qui vous animent réellement après avoir appris la nouvelle ? La prochaine étape pour prendre la meilleure décision dans une situation pareille est de vous questionner sur certains aspects de votre vie :

  • situation financière,
  • situation affective,
  • situation sociale.

En effet, la prise en charge d’une grossesse et d’un bébé représente un budget assez important. Si vous avez déjà un enfant, vous avez sûrement une idée de ce que cela peut vous coûter. Si c’est votre première fois, demandez-vous si la situation financière du couple est assez stable. Sinon, comment allez-vous vous organiser ? Est-ce qu’il faudra multiplier vos sources de revenus ? À qui demander de l’aide ? Tous ces aspects doivent être pris en compte.

Sur le plan affectif, vous devez prendre en compte ce que votre choix impliquera dans votre vie. Avec un enfant, pensez à la joie que cela peut vous procurer et au bonheur d’être parent. Cependant, vous devez également tenir compte des tensions que peut générer la naissance d’un enfant. Les cris, les pleurs, l’inquiétude liés aux maladies, à l’organisation… rien n’est à négliger.

À l’inverse, si vous décidez de ne pas garder la grossesse ou l’enfant, vous devez être certaine de pouvoir faire la paix avec vous-même. Cette décision risque-t-elle de vous tourmenter ? Auriez-vous des regrets ? Il faudra bien être consciente de votre choix.

Enfin, sur le plan social, vous devez considérer vos relations avec votre famille, vos proches et votre entourage. La venue du nouveau-né sera-t-elle bien prise ? Pourriez-vous continuer d’avoir une relation privilégiée avec eux comme avant ? Si vous ne souhaitez pas garder la grossesse, quelle sera la réaction de la fratrie ? Est-ce qu’ils doivent être mis au courant ?

Par ailleurs, le choix de garder l’enfant ou pas doit venir de vous. Il ne faut pas que les avis des autres influencent votre décision, car vous serez généralement seul face aux conséquences. Si après maintes réflexions, vous avez toujours du mal à vous décider seul, vous pouvez parler à un psychologue. Il est en mesure de vous offrir un suivi personnalisé pour vous aider à faire votre choix en pleine conscience et à l’assumer jusqu’à la fin.

Discutez avec votre partenaire

Heureusement, une grossesse est le fruit de deux personnes qui ont eu des relations intimes. Vous n’êtes donc pas obligée de passer ces étapes toute seule. Discutez avec votre partenaire pour avoir son avis sur le sujet. Après tout, vous serez deux à faire face à la gestion de votre décision.

Il peut arriver que les futurs parents ne soient pas du même avis. Pas de panique ! Dans ce cas, il est important que chaque partie prenne du temps pour réfléchir calmement de son côté. Le couple devra ensuite avoir une discussion sérieuse et surtout posée sur la situation. À tour de rôle, chacun devra exprimer ce qu’il ressent puis ce qu’il prévoit faire. Si l’un comme l’autre, vous avez l’impression que votre partenaire vous influence ou que la discussion devient difficile, vous pouvez écrire vos ressentis et votre décision chacun de son côté. Il faudra ensuite les faire lire à son compagnon. Chacun doit écouter l’autre jusqu’à la fin sans lui couper la parole, faire un commentaire ou le contredire. Comme pour l’étape précédant, vous devez échanger sur les points suivants :

  • que ressentez-vous ? (point de vue émotionnel),
  • comment pensez-vous vous organiser sur le plan financier ?
  • comment envisagez-vous de vous organiser en général ?
  • comment réagira la famille ?

Après cette discussion, gardez à l’esprit que peu importe la décision que vous avez prise, elle est la meilleure pour vous. Si vous vous retrouvez seule face à la grossesse, croyez en vous, vous avez les capacités nécessaires pour faire face à ce choix important de votre vie.

Lâchez prise après avoir pris votre décision

Vous avez pris votre décision en pleine conscience ? Ce n’est plus le moment de vous culpabiliser. Face à certaines épreuves de la vie, la seule chose à faire est de prendre une décision en fonction des cartes qui ont été distribuées. Même si vous n’avez aucune idée de la suite des évènements, soyez confiante et évitez les regrets ou les reproches.

Si vous décidez de garder le bébé, alors la grossesse doit suivre son cours normal. Même si l’enfant est arrivé par surprise, vous devez tout mettre en œuvre pour son épanouissement. Faites un plan d’épargne tout au long de la grossesse et n’hésitez pas à demander de l’aide sur tous les plans si vous en avez besoin. Tout se passera pour le mieux, et vous ferez une merveilleuse mère.

À l’inverse, si vous décidez de ne pas poursuivre la grossesse, renseignez-vous sur les centres spécialisés et autorisés pour le faire. Lorsque l’évacuation est réalisée dans le premier trimestre, cela minimise les risques de complication. Gardez à l’esprit que cela n’affectera aucunement votre fertilité. Si vous sentez de la tristesse ou aviez des séquelles psychologiques, n’hésitez pas à consulter un psychologue pour vous aider à mieux passer cette étape. Si au contraire vous avez décidé de garder la grossesse, mais pas l’enfant, vous pouvez également demander l’aide à ce dernier pour la gestion de vos émotions. La décision vous revient. Quel que soit votre choix, vous restez une belle personne.

Articles similaires

3.4/5 - (18 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories

Archives LE REPERE DES PIRATES